SACRO-CRÂNIEN

L'intégration sacro-crânienne, c'est l'intégration des mouvements d'amplitude entre le sacrum et le crâne, qui suivent un cycle de respiration primaire ou des fréquences de marées liés aux fluides du corps (le corps est un ensemble en très grande part liquide dans les propriétés internes). Cette amplitude se constitue tant entre le cerveau et la colonne vertébrale que dans tout le reste du corps par la continuité entre les membranes (méninges – dans la boite crânienne et la moelle épinière) et les tissus conjonctifs ou densité de la trame du corps (densité cristaux-liquide – liquides intra et extra cellulaires). Ces forces internes en marées entre sacrum et crâne sont aussi le ressort interne de pratiques dynamiques telles le Tai Chi / Qi Gong ou statiques (de façon retenue) comme ressource interne dans la méditation Zen.

Judah Lyons - Lyons Institute

Judah Lyons - Lyons Institute

Your Zen meditation and I Chuan has placed you way ahead of the pack - keep up the great work, Jean-Philippe !
 

Beautiful, there is no way you can not get this work with that amount of practice !

Notre Offre de Soins est une offre de santé selon l'OMS (Organisation Mondiale de la Santé) : "La santé est un état de complet bien-être physique, mental et social, et ne consiste pas seulement en une absence de maladie ou d'infirmité".

 

Cependant les techniques que nous pratiquons n'ont aucune visée thérapeutique ou médicale  (le terme "thérapie" est parfois emprunté de sources en pays étrangers notamment anglosaxons) et ne sont assimilables ni aux actes réservés aux professions de santé réglementées par le Code de la santé publique ni à ceux des ostéopathes, chiropraticiens et esthéticiennes. Elles sont praticables légalement par tous.

 

En effet, les perspectives de santé ici sources (Biodynamique Cranio-Sacrale, Thérapie de Polarité, et Magnétisme Curatif  selon nous) ne cherchent ni à identifier ni à cibler d'aucune technique les maux ou le mal d'une maladie, ce qui est du ressort des professionnels médicaux, mais à encourager les motifs de bien-être qui peuvent être des ressources et recours internes et externes de santé pour la personne, y compris au coeur de situations parfois dramatiques, et qui optent pour une vue holistique où chaque partie est une expression d'un tout et s'y constitue.